Select Page

Histoire du téléchargement : de hier jusqu’à nos jours

Le téléchargement de film ou de musique n’est pas une pratique nouvelle. Elle a évolué au fil du temps, passant d’activité réservée aux plus habiles en informatique à un domaine accessible à tous. Et la loi a suivi, afin de tenter de protéger les artistes. Retour sur l’histoire du téléchargement jusqu’à sa forme actuelle, et sur les meilleures façons de télécharger aujourd’hui.

Téléchargement illégal : une pratique démocratisée dès 1999

L’histoire du téléchargement illégal commence avec Napster en 1999. Ce petit logiciel de partage de données privées permettait à des utilisateurs de s’échanger quelques fichiers musicaux principalement. A l’époque, la lenteur des connexions et le volume des fichiers Mp3 (ou autres) n’offraient pas une marge de manœuvre suffisante pour de gros volumes.

Peu à peu, la pratique du téléchargement se démocratise et d’autres logiciels de partage (en P2P, peer to peer) font leur apparition. On peut citer Emule ou Edonkey, parmi les plus populaires. C’est ainsi que des milliers d’utilisateurs se mettent à pirater la musique. En quelques heures au début, puis de plus en plus rapidement, on télécharge nos sons favoris et les derniers albums de nos chanteurs préférés.

La technologie internet évolue, et avec elle les performances des logiciels de partage. De simples MP3, on se met à pouvoir downloader des films, voire des séries toutes entières. On peut le faire directement, grâce à des plateformes comme Megaupload, ou par Torrent. Ce système autorise les utilisateurs, vie un lien léger téléchargé sur les sites spécialisés (The pirate Bay, Zone Téléchargement, CPasbien…), à télécharger à la chaîne des tonnes de programmes audio ou visuels.

L’histoire du téléchargement illégal est marquée par de nombreux combats et par des risques inhérents à une telle pratique. Il y a d’abord la lutte des sociétés de l’industrie du disque, prête à tout pour sauver leur milieu de travail, et qui ont recours à des bannissements de sites puis à des lois (comme Hadopi, qui touche aujourd’hui à sa fin). Sans grand succès, à part exacerber l’envie de télécharger des amateurs de culture, qui revendiquent un droit gratuit.

D’autres soucis se posent, notamment en termes de sécurité informatique. Avec l’arrivée du téléchargement illégal, d’autres éléments se sont démocratisés : les virus informatiques, des malwares, des chevaux de Troie… Une aubaine pour tous les hackers, qui n’a pourtant pas enrayé les vagues de téléchargement.

Histoire du téléchargement : La révolution payante ?

La solution semble pointer le bout de son nez, depuis quelques années. On a compris que l’utilisateur qui téléchargeait ses fichiers musicaux ou ses films n’était pas forcément le bad guy que l’on nous présentait pendant longtemps. C’est souvent un amateur de culture, qui respecte le travail des artistes, mais qui refusent de payer (ou qui ne peut pas) les tarifs parfois prohibitifs mis en place par l’industrie.

Prenons l’exemple d’un album musical, proposé à 19 euros. D’une part, le CD est moins utilisé, car les utilisateurs privilégient désormais leurs appareils mobiles pour écouter de la musique (voir regarder des films.). De plus, le Cd comprenait par le passé un petit book avec les paroles des chansons, de belles photos… de quoi ravir les collectionneurs. Mais aujourd’hui, le boîtier, vide, ne présente que peu d’intérêt. Alors pourquoi ne pas casser les prix en ligne, en proposant aux utilisateurs de télécharger légalement et à prix corrects l’ensemble des œuvres proposées ?

C’est ainsi que sont nées les nombreuses plateformes de téléchargement légales ! Et comme prévu, cela fonctionne très bien. En offrant un rapport qualité / prix sain et une utilisation adaptée à notre époque (avec consommation frénétique de séries, envie de changer de musique régulièrement, nomadisme,…), les consommateurs ont donc accepté tout naturellement de modifier leurs mauvaises habitudes.

Comment télécharger légalement aujourd’hui sans risque

On peut désormais accéder à n’importe quel film, aux dernières nouveautés musicales, légalement et de façon parfois gratuite.

La plateforme de streaming musical numéro 1, Spotify, propose par exemple un compte gratuit et illimité permettant d’écouter des milliers d’artistes sans débourser un sou. Seule la publicité viendra entrecouper votre écoute, et vous pouvez la faire disparaitre en vous abonnant. Et les initiatives de ce genre se multiplient, tant dans l’industrie musicale que du côté du cinéma, avec Netflix par exemple.

A l’heure où les piratages informatiques sont en recrudescence, on comprend que le téléchargement illégal n’est plus si attrayant. Il est désormais possible d’avoir accès à la culture simplement, légalement, et ainsi de faire vivre les artistes, qui pourront ainsi continuer à performer pendant longtemps !

Article précédent

Article suivant

Share This